Trouvez le job dans lequel vous excellerez !

Big computer keyboard and paper designs in office

Vous cherchez un job qui vous stimule, qui vous challenge ? Dans lequel vous sentez que vous faites une différence ? Non seulement où vous êtes bon(ne)s mais où vous pouvez même devenir brillant(e)s ? On vous prouve que c’est possible et on vous guide pour choisir le job dans lequel vous pourrez exceller. A vos crayons et à vos méninges !

Nous parlions de productivité récemment. Exceller dans un job, c’est être productif mais c’est aussi produire un travail de qualité. C’est un mélange d’efficacité, d’expertise et de singularité. En effet, être excellent requiert souvent d’avoir été et d’être “meilleur” que les autres.

Pourquoi exceller dans son job? 

Evidemment, les recruteurs ne sont idéalement qu’à la recherche de cette perle rare, car trouver le job dans lequel vous excellerez aura un impact positif sur l’entreprise qui vous aura recruté et sur votre domaine d’expertise. Ce sera également pour vous une source de satisfaction et d’épanouissement au quotidien, ce qui est non négligeable n’est-ce pas ?

Connaissez-vous les trois cercles du job idéal? Plusieurs études indiquent que le métier idéal se situe au carrefour entre ce que vous savez bien faire, ce que vous aimez et les opportunités sur le marché de l’emploi. Pour trouver le job qui vous va comme un gant et dans lequel vous serez un(e) vrai(e) championne il y a, de manière quasi-identique, trois composantes à prendre en compte :

Vos compétences : La base. Dans quel domaine spécifique êtes-vous bon voire excellent ?

Vos intérêts : Il serait utopique de penser que vous pourrez faire les choses vite et bien, si vous n’aimez pas ce que vous faites. Ou du moins pas à long-terme. L’idée n’est pas nouvelle : il est possible d’être bon dans un domaine qui nous plaît plus ou moins, mais on devient excellent dans le domaine qui nous passionne. 

L’entreprise (ou la structure de travail) : Quels sont ses valeurs, son cadre de travail, ses perspectives d’avenir ? C’est plutôt évident : on peut faire le même job dans la structure A et dans la structure B, et être épatant chez A, mais tout à fait moyen chez B !

Il est donc de temps de prendre crayon et papier en main, et de commencer son petit travail d’introspection pour éclaircir tout ça et trouver CE job qui n’attend que vous!

Évaluer honnêtement ses compétences 

Identifier ses compétences : Revenez progressivement sur votre parcours académique et professionnel. Sur les acquis généraux et spécifiques que vos études vous ont apporté(e)s. Sur les aptitudes que vous avez développées pendant d’éventuels stages. Listez ensuite objectivement les connaissances que vous maîtrisez, puis les “hard” skills que vous possédez (les compétences techniques, les savoir-faire) et enfin les soft skills (les compétences relationnelles, les savoir-être).

Evaluer ses compétences : Il est normal, de maîtriser, parmi tous les acquis que nous avons accumulés pendant plusieurs années,  mieux certaines choses et d’avoir certaines facilités dans d’autres. Créez votre propre système d’annotation (des “+” , des “*”, à vous de voir !), et notez vos compétences entre celles où vous êtes très bons, bons, moyens, celles où vous avez des facilités/difficultés etc.

Identifier ses faiblesses : N’hésitez pas à surligner, souligner, bref mettre en évidence là où vous pêchez. En prendre conscience vous permettra plus facilement de déterminer votre futur job, mais aussi de combler ces failles en travaillant avec plus d’acharnement sur ces dernières !

Maintenant que vous avez une vision un peu plus claire de votre “moi professionnel”, il s’agit de clarifier l’espace de jeu dans lequel vous pourrez évoluer.

Identifier son écosystème : Vos possibilités professionnelles peuvent être très larges. L’essentiel est d’identifier tous les types de structure que vous pourriez pertinemment rejoindre (entreprise, start-up, institution publique etc.) et de préciser, si possible un peu plus, leur domaine d’activité (entreprise de cosmétique, organisation non-gouvernementale pour l’éducation etc.).

Identifier les besoins de l’écosystème : Pour chacun des écosystèmes que vous aurez identifiés et détaillés, essayez de déterminer quelle valeur vous pourriez lui apporter en vous basant sur votre auto-évaluation de connaissance et compétences. A vous de choisir jusqu’à quel point vous souhaitez détailler cette partie. Exemple: Vous avez identifié vos connaissances en gestion de projet humanitaire et vos compétences en management et leadership, ce qui vous mène à : “Gestion de projet dans une ONG pour les droits de l’Homme” (général)  ou “Chargé de coordination sur un projet d’intégration des réfugiés dans l’ONG XYZ” (plus spécifique).  

Une fois ce premier déblayage réalisé, vous devriez déjà être un peu plus au clair sur le terrain des possibilités, d’un point de vue strictement rationnel. Mais nous vous l’avons dit, pour être excellent il faut de l’intérêt, de la passion. Il s’agit maintenant d’aller faire un tour sur le terrain des envies, d’un point de vue un peu plus affectif. 

Déterminer ses envies 

Identifier vos intérêts et vos convictions : Parmi toutes vos expériences académiques et professionnelles, projets scolaires et missions de volontariat inclus, quelles sont celles que vous avez aimé le plus faire ? Quelles sont les thématiques qui vous tiennent le plus à coeur ? Pensez extra-scolaire et professionnel : quel(s) sujet(s)vous fait sortir de votre mutisme pour rejoindre un débat enflammé ? Quelles sont vos valeurs ?

Identifier vos éventuelles passions : Quelles sont vos activités extra-scolaires et professionnelles (hobbies, voyages etc.) ? Qu’est-ce que vous aimez faire ? Et creusez encore un peu plus : est-ce qu’il y a des similarités dans les choses que vous aimez faire ? Est-ce qu’elles stimulent toutes par exemple votre fibre artistique, ou nécessitent de l’endurance physique ?

Identifier vos conditions de bien-être : Quel cadre de travail préférez-vous ? A quel type de poste vous-sentez-vous le plus en adéquation avec vous-même ? Manager sédentaire d’une équipe, employé sur le terrain, travailleur indépendant ?

“Faites des ponts entre le coeur et la raison” : Repérez les points communs entre la partie précédente et celle-ci. Est-ce qu’il y a des savoir-faire ou connaissances qui reviennent également dans vos intérêts et convictions ? Est-ce que les domaines dans lesquels vous êtes à la fois bons, voire très bons, et dans lesquels vous avez des facilités, correspondent également à vos intérêts et passions ? Enfin, est-ce que vous pourriez transposer certaines de vos passions ou du moins leurs composantes dans un job ? Par exemple, vous avez tendance à aimer les activités artistiques : il serait peut-être pertinent de penser à un emploi qui challenge votre créativité pour vous surpasser encore plus. Ou si vous êtes un adepte des sports extrêmes, il faudra peut-être envisager un poste qui nécessite un certain dynamisme.

Enfin, maintenant que vos objectifs sont plus définis, que vous avez commencé à parcourir plusieurs offres d’emploi et que vous vous apprêtez à postuler, ou que vous êtes en processus de recrutement, dernière petite étape :

Choisir la bonne entreprise/ structure

Son identité : Quelles sont les valeurs de l’entreprise (de la structure) ? Est-ce qu’elles sont en adéquation avec les vôtres ? Quel est le cadre de travail ? Quelles sont les conditions de travail ? L’objectif ici est de déterminer si vous évoluerez dans le meilleur environnement possible pour pouvoir être au top de vos performances.

 

Votre poste : Petit check-up évidemment selon ce qui est sorti des conseils 1) et 2). Est-ce qu’il correspond à mes compétences, mes intérêts, mes envies ?

Vos perspectives d’avenir : Exceller dans un job n’est pas inné, c’est un travail à long terme. Et votre recruteur a également un rôle important à jouer dans cette quête du meilleur de vous-même ! Est-ce que le poste vous permettra de progresser au fil du temps, d’améliorer vos points faibles et de renforcer vos atouts ? Est-ce qu’il offre des perspectives d’évolution à plus long terme ?

Maintenant que vous en savez un peu plus sur le job qu’il vous faudrait sur le papier, à vous de tester, sur le terrain, et de vérifier si vous aviez visé juste ! Persévérance et effort seront évidemment vos meilleurs alliés.

partager avec vos amis :