De nouveaux projets pour la rentrée : monter sa startup, ou apprendre en entreprise ?

Big pexels photo 355988 1

Le dilemme est conséquent. Après des années sur les bancs de l’école, vous devez vous résoudre à trouver un emploi. Vous préféreriez sans doute prolonger indéfiniment ce bel été, entretenir avec soin ce teint hâlé que vous avez acquis après de longues heures au bord de l’eau, ou développer votre réseau de touristes rencontrés de parts et d'autres. Votre feed Facebook est constellé de photos de plages et autres endroits paradisiaques, et il semble que l’intégralité des personnes que vous suivez sur Instagram navigue entre Patmos et Venice Beach. 

Vous, vous êtes de retour au bercail, et non content de retrouver la grisaille de votre ville d’origine, les interrogations que vous aviez mis en pause avant de partir en vacances vous assaillent toutes d’un seul coup en cette veille de rentrée. Il est temps de trancher ce nœud gordien qui vous a empêché de prendre la décision fatidique à la veille de l’été. Autrement dit :

Startup, ou entreprise ?

 L’un comme l’autre présentent des avantages non négligeables. Est-il plus aliénant de travailler pour une corporation au succès de laquelle, objectivement, l’on n’a aucun intérêt ? Ou de se donner nuit et jour pour une startup dont on détient une partie non négligeable du capital, mais statistiquement vouée à l’échec ? Préférez-vous être à la merci d’une hiérarchie que vous mettrez longtemps à intégrer, ou ne pas vous payer pendant deux ans ? Quand vous vous endormez, imaginez-vous devenir le prochain Elon Musk – dans vingt ans – ou vous offrir sans sourciller des week-ends toscans avec votre cher(e) et tendre – dans quelques mois à peine ?

D’emblée, soyons francs. Pour monter une startup qui aie un tant soit peu des chances de réussir, il faut avoir le feu sacré. La détermination qui fait que vous pensiez à votre projet nuit et jour, que ce dernier vous anime, que vous bruliez de développer tel ou tel modèle économique en mesure de devenir rentable, et de lui faire une place sur un marché donné. Ce feu sacré qui vous consomme au détriment d’autres aspects de votre vie personnelle – vie sociale, vie amoureuse, vie de famille, etc. Les deux ne sont évidemment pas incompatibles. Mais n’est-il pas infiniment plus aisé de profiter des petites douceurs de l’existence lorsqu’on est sûr de ne pas quitter le travail trop longtemps après 19h, et que quel que soit l’environnement économique de votre entreprise, votre salaire sera automatiquement viré sur votre compte en banque ?

Travailler en entreprise comporte de multiples avantages

Le premier, en un mot, est la sécurité. Que vous ayez un emprunt à rembourser, une famille aux besoins de laquelle vous devez subvenir, des pulsions irrépressibles de voyages ou de shopping, vous serez payé à la fin de chaque mois. A contrario, si vous montez votre propre startup, votre salaire n’est pas un sujet à court terme : les autres besoins de l’entreprise passent nécessairement avant vous, et dans la mesure où vous détenez des parts de l’entreprise, vous êtes en théorie assez riche, bien qu’en pratique vous puissiez être réduit à vous nourrir de sardines en boîte chaque soir que Dieu fait.

En outre, l’entreprise est un lieu formidable pour apprendre. Certes, en montant une startup, vous pourrez « apprendre sur le tas ». Cependant, vous passerez à côté d’un savoir « corporate » sur lequel vous pourriez capitaliser si vous étiez passé en entreprise auparavant. En étant témoin de ce qui fonctionne plus ou moins, des méthodologies appliquées dans telle ou telle situation, vous pourrez reprendre à votre compte les années d’expérience et d’expertise dont bénéficie l’entreprise au sein de laquelle vous êtes employé.

Un autre avantage à privilégier l’entreprise pour son entrée dans la vie active réside dans ce qu’on appelle le branding. Un investisseur sera rassuré, en lisant votre CV, de voir que vous avez passé x mois ou années dans une entreprise du CAC 40, ou du moins qui évoque quelque chose. Un recruteur pourra se montrer plus circonspect en lisant que vous avez monté puis coulé votre propre entreprise en un temps record. Une nuance est cependant requise : en fonction du milieu professionnel dans lequel vous souhaitez évoluer, le branding d’une « marque » (entendez, une entreprise connue) peut être moins valorisant que celui du terme « entrepreneur ». Par exemple, des groupes tels que Rocket Internet sont relativement sensibles, de par leur culture même, à des candidatures d’anciens entrepreneurs.

Enfin, un autre avantage lié à l’entreprise est le réseau. En commençant votre carrière dans une entreprise connue, vous serez en mesure de développer un carnet d’adresse plus ou moins volumineux de clients, de collaborateurs ou de décideurs. Et le jour où vous vous déciderez à lancer votre entreprise, ils constitueront un vivier utile d’idées, de relations commerciales, de mentors, voire d’associés ou d’investisseurs éventuels.

Une connaissance des lignes de force et des points de faiblesse du monde de l’entreprise peut être utile lorsqu’on décide de monter une startup

 (particulièrement en B2B). Vous bénéficierez d’une éducation professionnelle, faite de processus, de méthodes, de réseaux, qui vous seront d’autant plus utiles lorsque vous déciderez de vous lancer en tant qu’entrepreneur. 

Reste que nombre d’entre nous se rêvent comme entrepreneurs. Être son propre patron, avoir une tolérance au risque permettant de se mettre dans une position de vulnérabilité au nom d’un retour sur investissement pouvant être magistral, et surtout, surtout, développer un projet de A à Z, de l’idée à son opérationnalisation, voilà quelques grands accomplissements qui sont aujourd’hui à portée de main. 

Si vous êtes animé par une idée, par un projet, par une vision, n’hésitez pas.

Entourez-vous, car les cas d’entrepreneurs réussissant seuls sont rares.

Il s’agit ici principalement d’une question de feeling. Reste que monter une startup ne s’improvise pas. Il faut une équipe solide, où les compétences techniques rencontrent le flair commercial ; convaincre quelqu’un de s’associer à vous représente le premier témoin du fait que votre idée peut séduire – à terme, des clients, puis des investisseurs. Une proof of concept est également impérative, pour montrer que votre produit ou votre service répond à un besoin existant, et qu’il peut être développé à profit. Celle-ci dépend ainsi de l’existence, de la croissance ou du bouleversement d’un marché, dont vous devez comprendre la structure.

En fin de compte, le choix la décision de s’engager dans une entreprise ou de monter une startup, pour intime qu’elle puisse être, répond à une certaine logique, paramétrée par l’expérience, le tempérament, l’ambition, et les circonstances du moment. Commencer par acquérir une expérience en entreprise est souvent utile, si vous croyez – sincèrement – en votre idée, que celle-ci répond à un besoin et qu’elle séduit vos associés, passez le cap.



partager avec vos amis :