29 avril 2014

Contact Presse Jobteaser

Michaël Bitton
01 43 43 74 09
michael.bitton@jobteaser.com

Deloitte / JobTeaser : L’entreprise idéale de demain

Le secteur de la finance et les directions financières attirent à nouveau les étudiants

Deloitte - JobTeaser

Neuilly-sur-Seine, mardi 29 avril 2014 -Deloitte et JobTeaser dévoilent les résultats de la 4ème édition de son baromètre sur « L’entreprise idéale de demain ». Menée auprès de plus de 1000 étudiants de grandes écoles et d’universités, cette étude dresse un panorama des attentes et aspirations des leaders de demain et permet de dessiner le portrait de l’entreprise idéale.

  • Les grandes entreprises sont fortement plébiscitées (47%) et gagnent 8 points par rapport à 2013
  • L’environnement de travail international reste un incontournable (81%)
  • Le secteur de la Finance attire à nouveau les futurs diplômés (16% en 2014 vs 9% en 2013)
  • Le management doit être participatif pour plus de trois quart des étudiants
  • 94% des étudiants interrogés considèrent la rémunération comme source de motivation avec un salaire moyen idéal autour de 33K€

« Cette 4ème édition montre que l’entreprise reste un lieu d’épanouissement personnel pour la majorité des étudiants interrogés (96%). Il convient cependant de s’intéresser plus en détail à leurs aspirations, alors qu’un quart d’entre eux déclarent ne pas avoir confiance en l’entreprise et que 3 étudiants sur 10 partent avec une vision négative après leur première expérience professionnelle en stage. Une analyse essentielle pour continuer à renforcer l’interconnexion et les échanges entre monde éducatif et monde du travail pour cette génération qui n’a plus de frontières. » déclare Philippe Burger, Associé responsable Capital Humain chez Deloitte.

Une perception globale des Français qui reste stable

Les grandes entreprises sont fortement plébiscitées et gagnent 8 points par rapport à 2013. Près de la moitié des étudiants interrogés (47%) souhaitent débuter leur carrière au sein d’une grande entreprise contre 39% en 2013. Cette volonté se retrouve plus nettement chez les hommes (63%), alors qu’un tiers des jeunes femmes interrogées souhaitent travailler dans une entreprise de taille moyenne.

L’environnement de travail international reste un incontournable. Il passe soit par une équipe internationale pour 81% des étudiants, soit par une expatriation pour 27% des jeunes diplômés (Source Deloitte-Ifop Humeur des jeunes diplômés – Janvier 2014) avec pour première motivation l’enrichissement du parcours professionnel au contact d’une autre culture.

Le secteur de la Finance fait son retour sur le devant de la scène et recommence à attirer les futurs diplômés avec 16% en 2014 contre 9% en 2013. Ce sont notamment les hommes (20%) qui souhaitent rejoindre l’industrie financière alors que les femmes sont d’avantage attirées par les services (16%). Parallèlement, les directions financières conservent leur pouvoir d’attraction pour près d’un quart des étudiants interrogés. La finance d’entreprise, en tant que voie royale à la Direction générale (15% de mobilité entre ces deux familles selon l’étude MobiCadres Deloitte – Nomination 2013), reste fortement plébiscitée par les nouvelles générations. Les Directions marketing et communication attirent toujours plus d’un tiers des femmes (33%). Enfin, si 16% des hommes souhaitent exercer leur futur métier au sein d’une Direction Générale, seules 4% des femmes interrogées envisagent cette possibilité.

Une perception globale des Français qui reste stable

L’intérêt de la mission est le premier critère de choix d’une entreprise pour une majorité des étudiants interrogés, suivi par l’ambiance de travail et la notoriété de l’entreprise. Le télétravail reste peu plébiscité (3%) alors qu’ils sont plus de trois quarts à vouloir bénéficier d’une flexibilité horaire. L’étude révèle également un désir paradoxal d’appartenance à un groupe et de forte autonomie et de liberté. Cette génération souhaite davantage de travail collaboratif tout en travaillant dans un bureau fermé (17%) ou semi-fermé (63%).

Le management quant à lui doit être participatif pour plus de trois quarts des étudiants interrogés (77% en 2014 contre 72% en 2013) afin de permettre des développements basés sur de nombreux échanges et une implication plus forte dans la prise de décisions. Le manager idéal doit être enthousiaste et communicatif (26%) tout en restant organisé et structuré (22%).

Une perception globale des Français qui reste stable

Le savoir-faire de l’entreprise reste la valeur d’entreprise la plus importante aux yeux des étudiants. On note une forte progression de la valeur d’esprit d’équipe et de communauté à 15% (5% en 2012, 11% en 2013), faisant désormais jeu égal avec la créativité et l’innovation (16%). De plus, si 89% des étudiants interrogés confirment l’importance de l’engagement sociétal des entreprises, ils ne placent la RSE et la parité hommes/femmes qu’en 8ème et 10ème position parmi les valeurs les plus importantes.

« Ces chiffres révèlent la dualité qui anime cette génération partagée entre un désir fort d’appartenance à un groupe et de reconnaissance par ses pairs tout en ayant besoin d’une individualité croissante. 6 étudiants sur 10 considèrent ainsi que c’est la personnalité qui devrait être le facteur principal à prendre en compte lors d’un recrutement. » souligne Nicolas Lombard, Co-fondateur de JobTeaser.

Une perception globale des Français qui reste stable

La génération étudiante reste très focalisée sur le sujet des rémunérations. La rémunération monétaire reste ainsi le premier élément de rétribution idéale (29%) avant l’intérêt du travail et le développement des compétences. Tout en souhaitant que la rémunération soit équitable, ils souhaitent que le salaire reconnaisse leurs compétences et leur performance (74%).

« 94% des étudiants interrogés considèrent la rémunération comme source de motivation avec un salaire moyen idéal autour de 33K€. Près d’un étudiant sur deux nous indique ainsi vouloir débuter sa carrière avec un salaire supérieur à 35 000 euros alors que 62% des étudiantes interrogées estiment leur salaire idéal entre 25 000 et 35 000 euros. On constate avant même leur intégration sur le marché du travail, que les femmes se positionnent près de 9% en dessous des prétentions salariales des hommes..» conclut Gabriel Bardinet, Senior Manager Responsable de l’Observatoire de la Rétribution chez Deloitte.

Méthodologie

Réalisée entre le 29 Janvier mars et le 28 Février 2014 par le cabinet Deloitte au travers d’un questionnaire en ligne anonyme, l’étude a été menée auprès de 1 018 étudiants. Parmi ces répondants 89% connaissent le monde de l’entreprise au travers d’un stage.

Téléchargez le Communiqué de presse