AccueilLe Gen Z LabL’ikigaï, un concept populaire... mais limité

L’ikigaï, un concept populaire... mais limité

  • dimanche 4 décembre 2022
  • Solène Thomas

L'ikigaï japonais : un concept magique pour répondre aux enjeux d'orientation des jeunes ? Pas tout à fait...

Ikigaï

Avez-vous trouvé votre ikigaï ? Cette « raison d’être » inspirée de la sagesse japonaise, où ce que vous aimez faire au travail croise ce qui est utile, ce que vous savez faire et ce pour quoi vous pouvez être payé·e,  connaît actuellement un franc succès. Ses promesses ? Garantir l’épanouissement professionnel... et peut-être même augmenter la longévité. 

Notre équipe de recherche en orientation revient sur les fondements mais aussi sur les limites de ce concept dans notre ouvrage « Digitaliser l’orientation professionnelle ».

L’ikigaï, un outil dans l’air du temps…

Depuis quelques années, c’est LE concept qui fait du bruit dans la sphère grand public de l’orientation et du développement professionnel. Rien qu’en France, plus de vingt références ont paru ces trois dernières années comportant le mot « ikigaï » dans leur titre.

L’ikigaï, ou « raison d’être », trouverait sa source dans la culture d’Okinawa, île japonaise réputée pour la longévité de ses habitants. Il se situerait au croisement de quatre sphères distinctes. Recoupées, ces dernières permettent de définir une mission de vie claire, utile et enthousiasmante. Une promesse bien attrayante pour toutes les personnes en quête de sens dans leur travail !

Trouver son ikigaï revient donc à s’interroger sur :

  • Ce que j’aime faire : ma passion, mes goûts
  • Ce pour quoi je suis doué : mes talents, mes compétences particulières
  • Ce dont le monde a besoin : cohésion, éducation, justice, transformation écologique... l’idée est de sélectionner, parmi les problématiques liées au bien commun, celles qui me touchent le plus
  • Ce pour quoi je peux être payé : la réalité économique du marché du travail

Au croisement entre l’orientation et le développement personnel, l’ikigaï rencontre un franc succès auprès des (nombreuses) personnes en quête de sens professionnel. Il séduit par sa simplicité, et la promesse offerte de trouver sa raison de se lever le matin. De nombreuses publications ont ainsi vu le jour sur le sujet, tandis qu’ont fleuri des coachs, consultants et formateurs spécialisés en ikigaï.

... mais le modèle est insuffisant pour appréhender les enjeux de l’orientation au 21e siècle

L’outil comporte toutefois une limite majeure, qui tient à la notion même d’ « orientation ». En effet, l’ikigaï propose de se focaliser sur une direction : la partie commune aux quatre cercles, représentant la « raison d’être » de la personne, est censée servir de nouvelle boussole professionnelle.

On en revient ainsi à un modèle d’orientation proche de celui du matching, qui domine dans les années 1940-1960. Celui-ci consiste globalement à trouver la zone de coïncidence (matching) entre 1) mes caractéristiques personnelles (goûts, compétences) et 2) la réalité du marché économique (quels sont les secteurs / métiers qui recrutent ?). L’ikigaï ne serait finalement qu’une forme de matching 2.0, un peu étoffé et remis au goût du jour...

Or, les enjeux du monde du travail ont changé. L’orientation doit désormais se penser de façon continue : celle-ci s’effectue tout au long de la vie ! Ainsi, il n’y a pas une bonne direction, mais plusieurs orientations possibles, plusieurs voies à explorer. De plus, l’ikigaï a tendance à figer les choses dans une « raison d’être » unique et cruciale. Or, dans un monde changeant, il faut au contraire faire preuve de flexibilité ; le développement de ressources et soft skills permettant de s’adapter et de faire face aux imprévus s’impose comme une compétence essentielle pour quiconque est en quête de sens professionnel.

Voir les KPI pour suivre l’efficacité de vos recrutements sur notre blog

L’ikigaï apparaît ainsi comme un outil intéressant pour interroger ses valeurs et ses envies professionnelles. Sa simplicité d’usage le rend accessible au plus grand nombre et en fait un point de départ intéressant pour questionner son orientation professionnelle. Il s’avère toutefois insuffisant, et demande à être complété par d’autres outils.

Envie d’en savoir plus ? Dans notre ouvrage « Digitaliser l’orientation professionnelle », où l’on fait le point sur les différents modèles d’orientation qui existent et sur ses nouveaux enjeux au 21e siècle.

_____________________________________

JobTeaser est le jobboard privilégié des employeurs et le service carrière préféré des écoles et universités européennes. Quel que soit votre besoin en recrutement, nous pouvons vous accompagner pour recruter et fidéliser les meilleurs jeunes talents.  


S'inscrire à notre newsletter

Retrouvez chaque mois nos meilleurs contenus liés à la génération Z et sa relation au travail.