AccueilLe Gen Z LabMoins de 30 ans, cadres : le nouveau visage de l’absentéisme en France

Moins de 30 ans, cadres : le nouveau visage de l’absentéisme en France

  • jeudi 2 novembre 2023
  • Edmée Citroën

L’absentéisme au travail a atteint un niveau record en 2022, touchant toutes les catégories sociales et les différentes tranches d'âge. Les absences des jeunes et des cadres sont en augmentation.

Près d’un salarié sur deux s’est absenté en 2022.  C’est le nouveau chiffre record révélé par l’enquête du cabinet de conseil Mercer au sujet de l'absentéisme au travail, réalisé auprès d’un panel de plus de 3 000 entreprises implantées en France employant plus de 420 000 salariés. 

2022 devient ainsi supérieur à 2020, une année pourtant déjà largement sinistrée en raison du Covid et de ses confinements successifs. La proportion de salariés absents augmente de plus de 10 points (en 2022, 48% des salariés se sont absentés au moins une fois de leur poste, contre 36 % en 2021) alors même que la durée d’arrêt diminue de 6 jours, pour s’établir désormais à 26 jours.


Les risques psycho-sociaux, première cause d’absentéisme 

Les arrêts de travail pour des maladies bénignes de quelques jours ou pour des maladies graves nécessitant plusieurs semaines d'arrêt sont en recul. 

En revanche, la part des arrêts d’une durée moyenne, comprise entre 6 et 15 jours a augmenté (+26%). En cause, la vague Omicron qui a touché les premiers mois de 2022 mais aussi la dégradation de la santé mentale des français. 


Depuis le début de la crise sanitaire, les risques psychosociaux ont augmenté de manière considérable. Plus de trois ans après le début de la pandémie, les troubles anxio-dépressifs sont désormais la première cause principale d'absentéisme devant les troubles musculosquelettiques. 


Selon Santé Publique France, plus de quatre personnes sur dix revendiquaient des signes d'état dépressif ou anxieux au cours de l'année 2022; une valeur en légère baisse mais qui reste élevée par rapport au seuil d'avant pandémie. Les 18-24 ans sont les plus concernés ainsi que les personnes précaires et celles déclarant des antécédents de troubles psychologiques. 


Sans surprise, les principales causes de l’absentéisme génératrices de coûts sont donc les risques psycho-sociaux suivi par les troubles musculo-squelettiques qui, à elles deux, constituent plus de 60% du coût de l’absentéisme. 


Les jeunes plus absents qu’avant 

L’étude dresse un autre constat : les jeunes sont de plus en plus touchés par l’absentéisme. Les moins de 30 ans connaissent la plus forte augmentation, avec une hausse de 32 % de leur taux d'absentéisme entre 2019 et 2022. 


Forte augmentation chez les cadres 

Si les non-cadres s’absentent toujours beaucoup plus que les cadres (65% des non-cadres sont absents au moins une fois dans l’année contre 34% pour les cadres) l’augmentation du taux d’absentéisme chez les cadres est particulièrement marquée : 34% chez les cadres contre 14% pour les non-cadres. 


Les métiers de terrain davantage touchés 

Les métiers d’accueil et de terrain sont particulièrement touchés par l’absentéisme, ainsi l’étude montre que le commerce, la distribution, l’hébergement/restauration et l’agroalimentaire sont les trois secteurs les plus concernés.  


Par ailleurs, les arrêts les plus longs sont observés dans le secteur de la propreté/sécurité avec une durée moyenne d’arrêt de 32 jours.



Les chiffres de l’absentéisme en 2022 : 

  • 48 % : près d’un salarié sur 2 s’est absenté au moins une fois en 2022
  • 26 jours : durée moyenne d’un arrêt de travail en 2022
  • 34% : augmentation de la proportion des salariés cadres absents entre 2021 et 2022
  • 32 % : augmentation de l’absentéisme chez les moins de 30 ans entre 2019 et 2022


S'inscrire à notre newsletter

Retrouvez chaque mois nos meilleurs contenus liés à la génération Z et sa relation au travail.