Entretien: 6 questions pièges et comment les décrypter

Big questions pieges

1. Vous recevez quatre propositions de stage, laquelle choisissez-vous ?

Cette question permet au recruteur de visualiser où vous en êtes dans votre réflexion sur votre parcours professionnel, et donc votre niveau de maturité. Prenez 5 secondes pour y penser, savez-vous exactement quoi répondre à cette question ? Quels critères prendriez-vous en compte au moment de choisir entre deux offres de stage ? Quelle importance accorderiez-vous à chacun d’entre eux ?

Cette réflexion se fait en amont de toute recherche de stage ou d’emploi, et vous permet de mieux cibler vos candidatures. Si vous êtes incapable de répondre à cette question de manière cohérente, voici la seule et unique conclusion que le recruteur en tirera : vous avez postulé à cette offre par hasard et vous n’êtes pas motivé.

La deuxième question sous-jacente est celle-ci : « Est-ce que nous vous proposons correspond réellement à ce que vous recherchez ? ». Si vous passez un entretien pour un stage dans une toute petite entreprise, évitez donc de citer comme premier critère « la renommée de l’entreprise ».

Un des critères les plus importants pour un recruteur est la motivation du candidat. On vous conseille donc de répondre que l’entreprise au sein de laquelle vous postulez fait partie de vos priorités, mais il faut pouvoir le justifier.

 

2. Pouvons-nous poursuivre cette conversation en anglais (ou toute autre langue) ?

Si le recruteur vous pose cette question, c’est qu’à moment ou à un autre, vous avez laissé entendre que vous aviez un niveau suffisant dans cette langue pour assurer une conversation. La pire réponse que vous pourriez donner à ce moment-là serait donc un simple non sous prétexte que « Là, comme ça, ce n’est pas facile, je ne me suis pas préparé. »

Deux choix donc : soit vous assurez, parce que vous avez effectivement un très bon niveau dans cette langue, félicitations. Soit vous balbutiez un peu et vous faites quelques fautes de grammaire ou de langue mais vous essayez quand même. Dans tous les cas, allez-y, le recruteur peut tout à fait comprendre que vous soyez sous le coup du stress et vous le pardonnera plus facilement que si vous ne faites même pas l’effort d’essayer.

Conclusion : ne mentez jamais sur votre CV. Tout ce que vous dites est vérifiable, et est susceptible d’être vérifié par un recruteur un peu plus pointilleux que les autres. Rien de plus déceptif qu’un candidat malhonnête !

 

3. Pourquoi avez-vous choisi de suivre cette formation ?

En tant qu’étudiant ou jeune diplômé, vous êtes tout à fait susceptible d’être confronté à cette question. L’objectif du recruteur est tout d’abord de découvrir les racines de votre motivation, puis de voir si vous êtes capable de prendre du recul et d’analyser de manière objective une situation qui vous affecte directement.

Evitez les réponses du type « j’ai choisi cette école parce que c’était la meilleure du classement que j’ai réussi à avoir », cela suggère un désintérêt total pour la formation en elle-même, un côté « mouton », et ce n’est certainement pas le message que vous voulez faire passer !  L’idéal étant plutôt de réussir à relier les compétences que vous avez pu acquérir grâce à cette formation aux compétences nécessaires pour l’offre à laquelle vous postulez.

 

4. Pourquoi n’avez-vous pas effectué de stage à l’étranger ?

Aujourd’hui, un grand nombre d’écoles et d’universités encouragent vivement, voire obligent, leurs étudiants à effectuer au moins un stage à l’étranger. En effet, les expériences professionnelles à l’étranger sont très appréciées par les recruteurs, et pour une bonne raison : travailler dans un autre contexte linguistique et culturel étranger nécessite de réelles capacités d’adaptation.

Si vous n’avez pas eu cette chance, essayez au moins de le justifier. Au lieu de dire « l’occasion ne s’est jamais présentée », essayez de mettre plutôt en avant votre volonté d’acquérir une expérience très pointue en France, parlez d’une autre expérience à l’international qui puisse compenser ce manque (jeune fille au pair, road trip,...) ou si possible faites ressortir une expérience en France réalisée dans un contexte international (interlocuteurs étrangers,…).

L’essentiel étant de montrer que cette question ne vous prend pas au dépourvu, et que le fait que vous n’ayez pas effectué de stage à l’étranger est un choix de votre part et non quelque chose que vous avez subi.

 

5. N’êtes-vous pas trop jeune pour avoir des responsabilités ?

Cette question n’a pas pour but de remettre en question votre autorité ou vos capacités à prendre ces responsabilités, mais plutôt de vous déstabiliser pour voir comment vous réagissez face à ce type de remarques. Le recruteur n’est pas du tout en train de vous juger sur votre âge ou votre apparence physique lorsqu’il pose cette question, mais il juge la manière dont vous réagissez à une remarque potentiellement vexante.

Ne vous mettez donc surtout pas sur la défensive, mais réagissez plutôt de manière positive. Soulignez justement les avantages que vous apporte votre jeune âge : votre grande réactivité, vos capacités d’adaptation, votre grande aisance avec les nouvelles technologies,… Tout en veillant bien sûr à ménager la sensibilité du recruteur si celui-ci est un peu plus âgé.

 

6. Où vous voyez-vous dans trois ans ?

Sans vous demander un plan de carrière défini au poste et à l’entreprise près, ce qui serait plus une preuve d’un manque de souplesse, un recruteur vous demandera quand même d’avoir une vision à long terme de votre projet professionnel. Encore une fois, cela lui permettra de juger de votre ambition, de votre capacité à avoir les pieds sur terre. Si vous partez en laissant l’impression que votre projet professionnel vous importe peu, vous lui donnerez des doutes sur votre capacité à vous impliquer dans votre stage ou votre nouvel emploi.

S'il est vraiment, vraiment compliqué pour vous de répondre à cette question, l’idée n’est pas de mentir, vous auriez du mal à vous justifier si le recruteur décide de creuser un peu le sujet. Choisissez plutôt les compétences que vous voulez avoir développé à cette échéance : votre capacité à manager, des compétences techniques (idéalement dans le domaine de l’entreprise à laquelle vous postulez),…

partager avec vos amis :