Couveuse, pépinière incubateur, accélérateur, comment les différencier ?

Big startup2

Depuis que vous avez mis le pied dans le monde des start-ups, ces mots résonnent sans cesse à vos oreilles. Pourtant ce charabia vous fait davantage penser à une exploitation agricole qu’à autre chose... Cet article est donc fait pour vous. Choisissez et lancez vous! 


Certains entrepreneurs en herbe aiment perpétuer le mythe de Steve Jobs, d’autres (peut-être vous?) préfèreraient ouvrir les portes de leur garage et profiter d’un jardin qui n’attend qu’eux. Bonne nouvelle, un grand nombre d’infrastructures faites sur mesure pour start-up s’est développé en France depuis plusieurs années. Pour choisir celle qui vous convient, voilà trois questions que vous devez vous poser avant tout : 


  1. A quel stade en est mon projet? Est-ce une idée, une entreprise en phase de création ou en phase de développement? 

  2. Quelles sont les prochaines étapes de mon projet? Qu’est-ce que j’attends de cette structure d’accueil?Est-ce que je veux un environnement de travail, un accompagnement sur la durée ou un véritable coup de fouet pour mon entreprise? 

  3. De quels moyens je dispose? Quelles sont les ressources financières que je peux utiliser? Est-ce que je correspond à leurs critères d’admission? 


Une fois ce travail de débroussaillage réalisé, voici les quatre principales structures d’accueil vers lesquelles vous pouvez vous tourner: 

StockSnap_FF93I0N2C1.jpg


  1. La couveuse : Pour se tester 

Petit poussin de l’entrepreneuriat, la couveuse vous permet de faire mûrir votre projet avant toute création juridique d’entreprises. Elle vous accompagne afin que vous puissiez tester votre idée, vous confronter au marché et vous former aux bases de la gestion d’une entreprise. 

  • Je signe pour quoi concrètement? Un hébergement et des consultations individuelles et collectives 

  • Pendant combien de temps? 12 mois, renouvelable une fois 

  • Combien ça coûte? Parfois gratuit, parfois nécessitant une contribution ou prélèvement sur le CA : cela dépend de la couveuse que vous choisissez! 

  • Que faut-il pour postuler? Ne pas être salarié et généralement présenter un business plan complet qui sera ensuite évalué selon les critères de la couveuse. 


  1. L’incubateur : Pour se créer

StockSnap_75VJAZIQQL.jpg


Ici, vous pourrez éclore et grandir dans les meilleures conditions. L’incubateur accompagne l’entrepreneur dans ses démarches de création d’entreprise jusqu’à ses premiers mois de développement. 

  • Je signe pour quoi concrètement ? Un hébergement, des conseils sur le business model, la recherche de financements, les aspects juridiques, une aide à la construction progressive d’un réseau. 

  • Pendant combien de temps? De 1 à 3 ans

  • Combien? Entre 150 et 500€ / mois pour les services généraux, entre 500 à 1000€/ mois pour le service d’accompagnement. 

  • Que faut-il pour postuler? Sélection sur dossier et répondre aux exigences spécifiques de chaque type d’incubateur* 


*En effet il y a plusieurs types d’incubateurs : 

-  publics (intégrés à de grandes écoles ou à des collectivités locales) ou privés (fondés par des entrepreneurs, entreprises, investisseurs etc.) 

- généraux ou spécialisés (technologie, art etc.) 


  1. L’accélérateur : Pour grandir 

Là, c’est le coup de fouet qui fait monter l’oeuf en mayonnaise! L’accélérateur accompagne le porteur de projet sur des aspects techniques et pointus, lui permettant de croître de manière exponentielle.


  • Je signe pour quoi concrètement ? Un hébergement, un mentoring intensif sur la proposition de valeur, le pitch, la levée de fonds, des rencontres avec les  investisseurs et le développement d’un réseau solide. 

  • Pendant combien de temps? Plusieurs semaines à plusieurs mois 

  • Combien? Généralement une participation de l’accélérateur dans le capital de la start-up 

  • Que faut-il pour postuler? Sélection sur dossier et répondre aux exigences spécifiques de chaque accélérateur


→ A retenir : Les 3 principales différences entre Incubateur vs Accélérateur : 

  • Accompagnement de 1 à 3 ans vs. Quelques semaines à 1 an 

  • Mentoring sur des thématiques générales vs. Mentoring sur des aspects pratiques et business pointus

  • Se lancer et se construire sur des bases solides vs. Croître et se développer de manière exponentielle 


  1. La pépinière : Pour se développer


Que vous soyez une petite graine ou un arbrisseau, la pépinière aide les entrepreneurs à pousser en leur proposant une véritable structure d’accueil et de soutien (financier et technique). Contrairement à une couveuse, elle est destinée aux entreprises déjà créées et de moins de trois ans. 

  • Je signe pour quoi concrètement ? Un hébergement, des services mutualisés, des évènements

  • Pendant combien de temps? De 1 à 3 ans, voire plus selon les pépinières

  • Combien? Généralement au prix/m2/ an 

  • Que faut-il pour postuler? Sélection sur dossier 


Il existe 2 types de pépinière : les généralistes et les spécialisées (réalité virtuelle/ TIC etc.) 


Quelques exemples d’incubateurs et d’accélérateurs connus en France:

  • Paris & Co: Fondé il y a 18 ans, il est l’un des premiers réseaux d’incubateurs en France et accompagne aujourd’hui près de 200 start-up par an. 

  • BIC Montpellier: Créé en 1987, il a  été classé 4ème meilleur incubateur universitaire mondial en 2014. 

  • 50Partners:  Fondé par des entrepreneurs célèbres (Blablacar, LeBonCoin etc.), cet accélérateur accompagne essentiellement les porteurs de projets liés aux nouvelles technologies, à raison de 5 à 7 projets par an. 

  • L’Accélérateur (maintenant Day One): Depuis 2012, cet accélérateur finance (jusqu’à plusieurs millions)et accompagne sur le long terme les start-ups identifiées comme disruptives, particulièrement dans les NTIC. 

De nombreux autres à découvrir en France : The Family, Numa Sprint, Euratechnologies etc.


Le témoignage de Laurent, CEO à Sunbirds:

“Je suis resté un an et demi au sein de la pépinière CEEI Theogone et l’ai quittée il y a deux semaines afin d’intégrer l’IoT Valley, un accélérateur près de Toulouse.  Pour moi la pépinière c’est avant tout un ensemble de services mutualisés qui m’a vraiment permis de commencer mon activité à des frais moindres (locaux, Internet etc.). Il y a deux mois, un investisseur m’a conseillé d’intégrer l’IoT, j’ai postulé, pitché et j’ai été accepté. Aujourd’hui mes mentors à l’accélérateur me challengent constamment sur le business model et à la différence de la pépinière me suivent au jour le jour. Il y a une véritable culture start-up axée sur l’innovation. Un petit conseil : choisissez le bon accélérateur car chacun a son domaine d’expertise. La valeur ajoutée de Sunbirds c’est le hardware, l’IoT était donc parfait pour nous.”

partager avec vos amis :