Les secrets pour être recruté en startup

Big 2

Startups, innovation, entrepreneurs… ces mots sont à la bouche de milliers d’étudiants ou de jeunes diplômés. Qu’est-ce qui les attire tant dans ces jeunes entreprises de moins de 10 employés ? Les « joies » de la création d’entreprise ? L’accès rapide à l’autonomie et aux responsabilités ? Une équipe jeune et fun ? Qu’importe les raisons, nombre d’étudiants et de jeunes diplômés boudent les grands groupes pour candidater à des postes en startups. Pourtant, si l’aventure est attractive, il se cache derrière cet univers mystérieux et ce mirage de réussites à la Apple des réalités plus complexes qui vous pousseront à réfléchir avant de faire le choix de le rejoindre.

Du côté des fondateurs, le recrutement est une étape cruciale : il faut arriver à s’entourer des meilleurs car c’est grâce à eux que l’entreprise passe les différentes étapes importantes. Contrairement aux entretiens en grands groupes, des entrepreneurs chercheront, au-delà des compétences, à avoir un véritable coup de cœur. Autrement dit, ils sont en quête du candidat qui réussira à se projeter rapidement dans l’entreprise et saura la faire évoluer et grandir avec lui. Parce que le recrutement en startup présente des particularités, nous vous livrons les clefs pour le réussir !

  • Qu’est-ce que signifie travailler en startup ?

Avant de vous lancer dans vos candidatures et dans la lecture des recettes clefs pour faire votre entrée en startup, il est important de cibler ce que vous recherchez et de savoir à quoi vous pouvez vous attendre.

Il faut savoir que « startup » est une notion qui rassemble des jeunes entreprises extrêmement différentes, tant en termes de maturité qu’en type d’organisation.

  • La jeune pousse : à l’état de projet, elle réunit généralement le(s) fondateur(s) et vous faites partie des premiers employés/stagiaires. Elle a peu ou pas de client et se concentre sur la finalisation du développement de son MVP (Minimum Viable Product) ou la première version de son produit/service. Elle travaille son « product market fit » avec plusieurs bêta testeur ou early adopters.
  • La post-seed : startup ayant réalisé un premier tour de financement, qui a donc les moyens de constituer une véritable équipe répartie en plusieurs département (Produit/Tech, Sales, Marketing…). Il s’agit souvent d’une entreprise de 10-20 employés, qui commence à développer une culture interne et des traditions. C’est souvent le meilleur moment pour commencer en startup car elle dispose de premiers clients et connaît une croissance vous permettant d’évoluer rapidement au sein de la structure.
  • La licorne : on ne sait plus vraiment s’il s’agit d’une startup ou d’une entreprise innovante. Il s’agit souvent d’une PME de plus de 50 employés qui s’est développée en seulement quelques années et continue sur la base d’une croissance exponentielle. Elle met tout en œuvre pour garantir des bonnes conditions de travail à ses employés et pratique un management novateur.  Si vous avez une spécialisation et ne cherchez pas forcément à être polyvalent, c’est votre cible.

Qu’importe la typologie de ces entreprises, vous retrouverez des similitudes dans votre rythme de travail et la rémunération. C’est un lieu commun, mais dans une startup il y a toujours à faire et les salaires sont généralement en-deçà des attentes du marché. Les entrepreneurs s’entourent de gens capables d’être force de proposition et de prendre des initiatives, il est donc rare que vous trouviez à vous ennuyer pendant vos journées. Concernant les salaires, en stage attendez-vous au minimum syndical, pour les premiers emplois comptez sur une décote de 20-30% en comparaison aux rémunérations au sein des grands groupes. Ne pensez pas accéder à un comité d’entreprise ou à des avantages en nature, en revanche négociez, si vous le pouvez, un variable sur des objectifs précis. En effet, une startup a généralement peu de moyens, en revanche les fondateurs aiment à avoir des employés engagés et savent récompenser les bonnes performances.

Les conditions de travail varient en fonction de la maturité de l’entreprise. Ne vous étonnez pas si vous vous trouvez seul dans un bureau exigu avec les fondateurs à l’occasion d’un stage « Bras droit du CEO » ou à rejoindre un open-space au sein d’une pépinière d’entreprises ou un incubateur. D’autres startups, plus matures, ayant généralement déjà fait l’objet de levée de fonds, sont localisées dans des bureaux spacieux et mettent à l’honneur le fait de créer des conditions de travail optimales : télétravail, livraison de déjeuners, évènements « team building » réguliers, salles détente… 

Quoi qu’il en soit, rejoindre une startup en devenir constitue un vrai challenge et comprend également certains risques. A savoir que 90% d’entre elles ne survivent pas à 5 ans. C’est pourquoi renseignez-vous bien sur l’entreprise, son marché et son contexte et vérifiez que le projet soit du « solide ». Une startup qui vient de convaincre des investisseurs et accueillent des actionnaires de renom à son capital présente naturellement moins de risque qu’une startup en phase « projet ». 

  • Les bonnes / mauvaises raisons de candidater pour une startup

Une startup recherche avant tout des profils généralistes et adaptables, dotés de l’esprit d’entreprise. A l’inverse, un grand groupe va plus avoir besoin d’une compétence spécifique, attribuée à une tâche précise. La flexibilité du candidat et son adaptabilité apparaissent a priori moins importantes dans un grand groupe que dans une petite structure. Ainsi, voici quelques bonnes raisons de rejoindre une startup :

  • Vous êtes séduit par la liberté qu’apportent les petites structures
  • Vous recherchez un poste vous permettant d’être polyvalent
  • Le défi de la création d’entreprise constitue un objectif stimulant à vos yeux
  • Vous ne craigniez pas l’échec et souhaitez entreprendre avec audace vos idées

Et les mauvaises :

  • L’argent
  • Parce que c’est à la mode de travailler en startup
  • Vous rêvez de travailler sans N+1
  • Votre objectif est de vous spécialiser sur un poste en particulier
  • Les recettes de base (les fondamentaux)

Maintenant que vous avez identifié les startups que vous souhaitez cibler et êtes sûr de vouloir évoluer dans cet univers, nous vous livrons les clefs pour vous ouvrir les portes du royaume des startups. D’abord, les fondamentaux de toute candidature :

  • Assurez votre présence en ligne notamment sur LinkedIn et soignez votre identité numérique pour que votre e-réputation ne devienne pas un frein à votre embauche.
  • Révisez votre CV en faisant attention à bien mettre en lumière vos expériences, initiatives et les résultats concrets de vos actions.
  • Mettez en route votre réseau pour rencontrer les personnes évoluant dans cet écosystème. Tournez-vous vers les diplômés ayant créé leur entreprise, parlez à l’incubateur de votre école, visitez des pépinières d’entreprises et participez à des meetups et évènements startups.
  • Prenez les devants et envoyez des candidatures spontanées. Celles-ci sont toujours perçues positivement, d’autant plus que les entrepreneurs valoriseront votre audace et votre motivation. En revanche, ne l’envoyez pas à la rubrique « contact » et utilisez LinkedIn ou d’autres réseaux sociaux pour connaitre l’identité de la personne directement concernée par votre candidature. En vous adressant à la bonne personne, vous gagnez en visibilité.
  • Préparez votre entretien et connaissez votre « pitch » car ce n’est pas parce que vous postulez dans une start-up que vous devez arriver les mains dans les poches. Connaissez votre parcours et sachez le raconter de façon synthétique. Intégrez dans votre discours un passage centré sur vos passions, connaissances technologiques et intérêt pour l’histoire et l’écosystème de l’entreprise. N’hésitez pas à faire des simulations d’entretiens avec vos amis qui vous aideront à corriger votre attitude et votre langage.
  • Le grand classique : ayez une bonne connaissance de l’entreprise
  • Le recruteur, qui est généralement un des fondateurs, attend que vous vous soyez renseigné un minimum sur l’entreprise, qui est en quelques sorte son “bébé” !  C’est pourquoi, il est primordial que vous vous intéressiez à l’entreprise et montrez une bonne connaissance de son secteur et sa concurrence. Effectuez en amont un travail de recherche sur l’écosystème de l’entreprise (partenaires, concurrents) pour pouvoir donner au recruteur un regard extérieur (précieux) sur son activité. Il est essentiel de savoir bien positionner la startup sur son marché et de distinguer ses avantages compétitifs.

Pendant l’entretien, abordez le fondateur en lui demandant de vous raconter la genèse, et essayez de savoir comment le premier client a été signé. Dans une startup, la croissance est le maître mot, et le client au centre des attentions. Si vous avez déjà testé le produit ou le service, c’est aussi le moment de faire des retours constructifs à votre futur employeur. Enfin, vous pouvez également l’interroger sur les enjeux de développement, ce sera l’occasion pour vous de montrer que vous prenez conscience que la startup évolue dans un contexte dynamique et d’évoquer les opportunités que vous avez imaginé.

Enfin, veillez à comprendre ce que vous pouvez apporter au projet et dans quelle mesure vous allez pouvoir vous impliquer dans l’aventure. Soyez pragmatique :

  • Quelles missions la personne doit accomplir ?
  • Que va-t-elle faire concrètement ?
  • Quelles seront les actions à réaliser exactement ?
  • Quels sont les objectifs ?
  • Quels sont les moyens qui y seront alloués ?
  • La secret sauce

La secret sauce c’est généralement les ingrédients qui rendent un plat unique. Pour une startup, c’est clairement les avantages qui la rendent exceptionnelle sur son marché. Pour vous, c’est les conseils à appliquer pour vous garantir de réussir votre entretien. Le recrutement étant un sujet hyper stratégique pour une startup et les fondateurs qui en sont en charge, que vous ne pouvez pas vous permettre d’être bon en entretien, il vous faudra brillez ! Jamais très formels, les entretiens sont généralement cordiaux où le tutoiement est de rigueur et le recruteur cherchera à vous connaître personnellement.

  • Adoptez un look détendu : évitez le costume-cravate à moins d’être candidat pour un poste de de représentation comme commercial Grand Compte. Sans aller jusqu’au vieux jeans troué, venir en tenue décontractée mais propre est tout à fait autorisé, voire même conseillé. Attention à ne pas confondre look détendu et apparence négligée.
  • Restez professionnel : Même en jeans et sans cravate, les recruteurs ne sont pas vos amis mais vos futurs employeurs. Beaucoup de candidats se laissent aller, d’autant plus lorsqu’ils sont convoqués en dehors des locaux comme dans un bar ou un café ou à une heure tardive. Néanmoins, cela reste un entretien d’embauche pour intégrer une entreprise !
  • Soyez concret dans ce que vous racontez, montrez vos expériences réelles. Vous ne serez pas pris pour un stage « bidon » où vous allez faire des cafés. Vous avez travaillé en association ? Vous avez construit et piloté des projets personnels de bout en bout ? C’est le moment d’en parler ! Le plus important sera de démontrer comment le savoir-faire que vous avez acquis sera transposable dans l’entreprise. Car les entrepreneurs recherchent des “builders”, des collaborateurs capables d’initier et de réaliser des projets en composant avec les ressources dont l’entreprise dispose.
  • Mettez en avant votre polyvalence : Pour les startups, la fiche de poste est souvent incomplète et le candidat doit s’attendre à remplir d’autres tâches rapidement. Ayant peu de ressources, elles puisent allègrement dans toutes les compétences présentes pour faire face à l’imprévu. Le candidat doit faire valoir son agilité dans le travail.
  • Montrez-vous ultramotivé. Les entrepreneurs fonctionnent à 100% au coup de cœur, le feeling est plus important que les compétences. Ils sont donc très vigilants sur l’état d’esprit du candidat et vérifie d’emblée que la personne ait envie de s’investir pleinement dans l’aventure.
  • Soyez prêt à vous décider, et vite ! Les start-ups, des entreprises en devenir, sont par définition des sociétés plus agiles et moins centralisées que les grands groupes. Si elles ont un besoin urgent, elles peuvent prendre leur décision en moins de 10 jours et vous devrez être capable de donner une réponse rapidement.

Pour ne pas nous répéter, ne négligez pas le feeling. Faites parler l’entrepreneur de ce qu’il souhaite pour son entreprise, de ses projets, et sachez détecter les opportunités pour rebondir dans la discussion en donnant votre avis ! Comprenez qu’on postule dans une start-up par passion, car on croit à ses produits et/ou aux services rendus. Et pour les recruteurs (ou fondateurs), ça passe par un intérêt réel pour les innovations, les défis à relever et les marchés à saisir. Rien de plus important pour le candidat et le recruteur en startup que cette question en fin d’entretien : “est-ce que j’ai envie de travailler avec cette personne ?”

partager avec vos amis :

Conseils similaires